Veuillez sélectionner votre pays

Pascale Martinez - Indépendant Lifeplus Associé


Ménopause ou périménopause ?

Reading Time: 6 minutes

Lorsque les femmes disent vivre la ménopause, en réalité, elles parlent souvent de la périménopause. La ménopause correspond au résultat final : votre cycle menstruel s’arrête, vous n’avez plus vos règles et vous n’êtes plus fertile. La périménopause, c’est-à-dire le processus conduisant à ce stade, peut durer des années.

Êtes-vous entrée dans la périménopause sans le savoir ?

Le principal indicateur de la ménopause est bien entendu l’arrêt des règles. Il ne survient pas du jour au lendemain, et même si nous sommes toutes différentes, il se produit souvent un ralentissement progressif indiqué par un changement du cycle menstruel. Vos règles peuvent en effet devenir irrégulières et survenir plus tard ou plus tôt que d’habitude. Vous pouvez ne pas les avoir du tout pendant plusieurs mois, puis elles finissent par revenir. Vous remarquez peut-être également qu’elles sont moins abondantes que d’habitude. Mais l’inverse est aussi possible : les variations des niveaux d’hormones peuvent provoquer des règles plus abondantes ou plus fréquentes pendant quelques mois, voire quelques années, avant leur arrêt complet. Comme ces changements peuvent être à la fois progressifs et incohérents, il n’est pas rare que des femmes traversent les premiers stades de la périménopause sans s’en rendre compte.

Gérer les symptômes physiques et mentaux de la périménopause

Certaines femmes chanceuses ne présentent que peu de symptômes de la périménopause et parviennent à les gérer facilement. Pour d’autres, la période s’avère beaucoup plus difficile. Comme dans beaucoup de domaines, savoir à quoi vous attendre représente déjà un grand pas pour gérer votre santé physiologique du mieux possible. Les symptômes de la périménopause les mieux connus sont parmi les plus courants. Ils comprennent des règles irrégulières, des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes, des ballonnements et de l’anxiété ou une baisse de moral générale.

Sautes d’humeur

Les sautes d’humeur, la tristesse et les sentiments d’anxiété ou de dépression sont causés par les changements hormonaux. En effet, vous vous sentez peut-être plus irritable, anxieuse, déprimée ou triste que d’habitude. Même si cela est bien sûr désagréable, c’est tout à fait normal. Il est possible de surmonter ces émotions en augmentant les taux de sérotonine dans votre organisme, et ce par des moyens naturels.

Des études ont montré que la vitamine D contrôlait la synthèse de la sérotonine.1 Exposez-vous pendant de courts moments au soleil (sans vous mettre en danger), pour aider votre corps à produire de la vitamine D. Vous pouvez également augmenter votre apport en vitamine D par le biais de votre alimentation. Les céréales et le jus d’orange sont souvent enrichis en vitamine D, par exemple. Ces mêmes études ont par ailleurs démontré que les acides gras oméga-3 contribuaient à gérer les baisses de moral. Consommez des poissons gras comme du maquereau et du saumon, ainsi que des jaunes d’œufs et du fromage, pour améliorer votre humeur.

Si vous avez besoin d’aide, sachez qu’elle existe, et si vous avez la sensation que vos symptômes vous accablent, il est important d’en informer votre entourage. N’hésitez pas à en discuter avec vos amis et votre famille, ou envisagez de rejoindre un groupe de soutien. Si vous ne vous sentez toujours pas capable de faire face, ne soyez pas gênée de vous adresser à un professionnel de santé. Vos symptômes ne sont pas inhabituels et il est important que l’on vous prenne au sérieux.

Ballonnements

Les hormones ont bien des comptes à rendre ! En plus d’affecter notre bien-être mental, leurs variations entraînent des effets physiques. Parmi les symptômes les plus courants au moment de la ménopause, on compte notamment la rétention d’eau, qui peut provoquer un gonflement des chevilles, des mains et des pieds. Cette rétention d’eau s’accompagne souvent de ballonnements. La bonne nouvelle, c’est que ces deux symptômes peuvent être traités grâce à une alimentation saine. Essayez de réduire la quantité de sel et de boissons gazeuses que vous consommez, car ceux-ci ont tendance à provoquer des ballonnements. Manger plus lentement de manière générale permet d’éviter que trop d’air ne s’engouffre dans votre organisme. Pensez donc à prendre votre temps pour mâcher vos aliments plus soigneusement. Diminuer les portions peut également s’avérer utile, car cela atténue la pression sur votre système digestif.

Bouffées de chaleur

Les changements hormonaux perturbent également la capacité de votre corps à réguler sa température, ce qui conduit aux fameuses bouffées de chaleur. Ces dernières peuvent survenir à tout moment de la journée ou de la nuit, souvent sans prévenir, mais certains facteurs peuvent aussi les déclencher.2 Évitez les aliments épicés, la caféine et l’alcool, ainsi que ce qui vous donne naturellement chaud, comme porter trop de vêtements chauds à la fois et régler le chauffage plus fort que nécessaire. Si vous êtes fumeuse, arrêter de fumer peut également vous aider.

Pour gérer les bouffées de chaleur, asseyez-vous près de fenêtres ouvertes dans un courant d’air frais, plutôt que dans des coins chauds ou à proximité de radiateurs. Portez des vêtements amples et recouvrez votre lit de plusieurs épaisseurs distinctes. Des draps et des couvertures peuvent s’avérer plus adaptés qu’une couette épaisse. Si vous sentez monter une bouffée de chaleur, vaporisez de l’eau fraîche sur votre visage ou placez un gant froid dans votre nuque. Siroter des boissons froides et sucer des glaçons peut également être utile.

Quand la périménopause va-t-elle enfin se terminer ?

Elle peut sembler sans fin, mais elle va finir par s’arrêter. Cette période de transition est, comme son nom l’indique, une transition. Elle ne durera pas éternellement, et chaque jour qui passe vous rapproche un peu plus de la ménopause dans sa forme définitive. Comme elle peut durer plusieurs années, il est compréhensible que l’on ne repère pas certains signes indiquant qu’elle touche à sa fin. Le signe le plus important, comme le début des menstruations à l’entrée de la puberté, est l’arrêt des règles. Pour être véritablement considérée comme postménopausée, un an doit s’être écoulé depuis vos dernières règles. À ce stade, vous pouvez dire que vous avez traversé votre ménopause.

Remarque à propos de l’andropause

La ménopause survient fondamentalement en raison d’une baisse des hormones sexuelles. Ce phénomène se traduit chez les femmes par le ralentissement de leurs règles, mais les hommes ne disposent pas du même indicateur. Eux aussi connaissent toutefois une diminution des hormones sexuelles à mesure qu’ils vieillissent, et ils peuvent vivre ce que l’on appelle l’andropause. Celle-ci entraîne plusieurs symptômes, parmi lesquels :

• une perte de libido ;
• des sautes d’humeur et de l’irritabilité ;
• une diminution de la masse musculaire et de la capacité à faire de l’exercice ;
• de la fatigue avec des troubles du sommeil ;
• des troubles de la concentration ;
• un manque général d’énergie ; et
• une redistribution des graisses corporelles, qui se concentrent fréquemment dans l’abdomen ou autour du tissu mammaire.

Si ces symptômes se renforcent chez un homme avec l’âge, il est possible que son andropause ait commencé.

La vie après la ménopause

Certaines femmes chanceuses ne présentent pas de symptômes particulièrement gênants à l’approche de la ménopause. D’autres voient au contraire leur vie quotidienne complètement chamboulée. On peut supposer que, pour ces dernières, quitter la périménopause pour entrer définitivement dans la ménopause constitue un soulagement. Mais cette épreuve peut aussi faire surgir des émotions inattendues. Bien qu’elles puissent représenter un grand désagrément, les règles sont devenues une partie naturelle de votre vie et les effets de cet arrêt sur votre mental peuvent vous surprendre. Vous pourriez commencer à vous demander si vous êtes réellement prête à passer à l’étape suivante. Avez-vous eu des enfants ? Avez-vous eu autant d’enfants que vous le souhaitiez ? En vous rendant compte du nombre d’années écoulées, vous pourriez vous demander : « si j’avais à nouveau le temps, m’y prendrais-je différemment ? »

Quels que soient vos sentiments, sachez que vous n’êtes pas seule. Rappelez-vous que vous entrez tout simplement dans une nouvelle phase. Oui, vous ne pourrez plus avoir d’enfants, mais cela ne signifie pas que vos éventuels désirs maternels ne peuvent pas se réaliser autrement. Il vous reste encore une multitude de possibilités d’exprimer votre côté maternel. Vous avez de nombreuses années devant vous pour créer des relations basées sur le soutien et la sagesse. Que vous soyez mère ou non, vous pouvez toujours assumer un rôle maternel bien après la ménopause.

Avoir vécu la ménopause offre un autre avantage : même si cela peut être purement circonstanciel, vous trouverez peut-être une confiance en vous que vous ne saviez pas posséder jusqu’alors. Vous avez sûrement remarqué qu’à mesure que les personnes prennent de l’âge, elles tendent davantage à dire ce qu’elles pensent. Qu’il s’agisse simplement d’une coïncidence ou du résultat d’un meilleur équilibre hormonal qui vous donne plus d’assurance, il peut être très libérateur de dire oui à ce que vous voulez faire et non à ce dont vous n’avez pas envie.

Quelques facteurs de santé doivent être surveillés après la ménopause, mais il n’y a rien à craindre. Bien que le cholestérol, la pression artérielle et le risque de développer de l’ostéoporose puissent augmenter, vous pouvez gérer tout cela en suivant un bon régime alimentaire et en consommant suffisamment de calcium pour maintenir la solidité de vos os. De même, des études ont démontré qu’une alimentation saine et qu’une activité physique régulière préviennent la prise de poids pouvant être associée à la ménopause.3 Tant que vous savez à quoi vous attendre et que vous êtes prête à adopter un mode de vie sain, ce qui est de toute façon recommandé à tout âge, votre vie après la ménopause n’a pas à changer radicalement.

  1. https://faseb.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1096/fj.14-268342 []
  2. https://www.nhs.uk/conditions/menopause/hot-flushes/ []
  3. https://link.springer.com/article/10.1207/S15324796ABM2603_06 []