Veuillez sélectionner votre pays

Pascale Martinez - Indépendant Lifeplus Associé


Comment booster notre moral grâce à l’alimentation ?

Reading Time: 4 minutes

L’alimentation peut améliorer notre humeur de bien des façons, et c’est la raison pour laquelle notre relation avec la nourriture est compliquée.

Nous ne mangeons pas seulement pour donner du carburant à notre corps. Nous cassons la croûte avec des amis et des membres de notre famille, et nous nous transmettons des recettes de famille avec tendresse. Nous partageons des repas pour approfondir nos relations, en passant des heures à table. Parfois, nous avons recours à des sucreries ou à des en-cas salés dans les moments de stress, mangeant sans réfléchir pour calmer nos nerfs. Nous levons nos verres pour fêter, rendre hommage et commémorer.

La vérité, c’est que nous sommes liés à la nourriture, d’une manière forte et émotionnelle. Et ce n’est pas forcément une mauvaise chose. Les bons petits plats nous aident à nous rappeler des souvenirs de notre enfance. La nourriture est culturelle et nous aide ainsi à nous connecter à notre société à plus grande échelle. Nous nous souvenons tous d’un repas exceptionnel dégusté en vacances.

Quels aliments sont bons pour le moral ?

La caféine et le sucre apporteront un coup de fouet immédiat. Cependant, ils ne constituent pas une option saine, car ils causeront un coup de mou ultérieurement dans le processus métabolique. Préférez les aliments dont l’effet boostant est plus durable pour le corps.

Ceci dit, il a été prouvé par de nombreuses études que le chocolat noir, riche en antioxydants et en flavanols, améliorait le moral et les émotions. Cela est également dû en partie à la caféine qu’il contient, un argument de plus permettant de dire que le café booste le moral. Mais au-delà de la caféine, le café semble avoir des effets bénéfiques d’un point de vue émotionnel. En effet, une étude a constaté que même lorsqu’ils buvaient du café décaféiné, les participants ressentaient une amélioration au niveau de leur humeur et de leurs facultés intellectuelles.1

Le lien entre alimentation et santé mentale

Lorsque l’on fait le rapprochement entre l’alimentation et la santé mentale, les graines de courge ne sont pas aussi populaires que les graines de chia ou de chanvre, mais ces graines bourrées de magnésium représentent une excellente option pour vous remonter le moral. Le magnésium est essentiel pour les fonctions cérébrales (ainsi que pour une multitude d’autres fonctions du corps, comme le sommeil et le transit).2 Malheureusement, nous sommes nombreux à avoir des carences en magnésium, largement dues à l’appauvrissement des sols.

D’autres fruits à coque et graines sont également bons pour le moral grâce à un acide aminé, le tryptophane, contenu dans un grand nombre d’entre eux. Le tryptophane contribue à la production de sérotonine dans notre organisme. Les noix du Brésil sont riches en sélénium, un élément important pour la santé du cerveau. Les graines de lin, de chanvre et de chia constituent également de bonnes sources d’acides gras oméga-3, bien connus pour leurs effets bénéfiques sur le moral.

Combattez la dépression avec les oméga-3

Si vous cherchez à booster votre moral par le biais de l’alimentation, il n’existe pas de meilleure source d’acides gras oméga-3 que le poisson gras. Le saumon sauvage d’Alaska, les sardines, l’omble chevalier, les anchois et le maquereau commun sont de bonnes options issues de la pêche durable, riches en oméga-3. Le régime méditerranéen est une alimentation axée sur les légumes, le poisson, les céréales complètes, les haricots, les fruits à coque, les graines et l’huile d’olive. Dans le cadre d’une étude menée à long terme sur plus de 15 000 personnes, celles suivant en grande partie le régime méditerranéen montraient des taux de dépression inférieurs.3

Les plantes et épices bonnes pour le moral

L’ashwagandha est une plante médicinale dans la tradition ayurvédique, considérée comme adaptogène.

On pense que les plantes adaptogènes travaillent avec le système endocrinien du corps (le système hormonal essentiellement) pour optimiser son fonctionnement, réduire le stress et booster le moral. Les participants aux études ont déclaré que, lorsqu’ils consommaient cette plante, leur niveau d’anxiété baissait.4 Les recherches suggèrent que l’ashwagandha réduirait le taux de cortisol, qui devient élevé avec le stress chronique.5

L’alimentation joue un rôle essentiel dans notre vie, tant sur le plan social que pour notre bien-être physique et mental. Être créatif et adopter un régime varié nous donne l’opportunité d’expérimenter une multitude de saveurs et de profiter des bienfaits d’une large palette de nutriments. Il est important d’apprécier ce que vous mangez, car vous pouvez booster votre moral grâce aux aliments que vous consommez tout en améliorant votre santé mentale.

  1. Haskell-Ramsay, Crystal, et al. “The Acute Effects of Caffeinated Black Coffee on Cognition and Mood in Healthy Young and Older Adults.” Nutrients, vol. 10, no. 10, sept. 2018, p. 1386., doi:10.3390/nu10101386 []
  2. Inna Slutsky, Nashat Abumaria, Long-Jun Wu, Chao Huang, Ling Zhang, Bo Li, Xiang Zhao, Arvind Govindarajan, Ming-Gao Zhao, Min Zhuo, Susumu Tonegawa and Guosong Liu. “Enhancement of Learning and Memory by Elevating Brain Magnesium.” Neuron, Jan. 28, 2010 []
  3. Fresán, Ujué, et al. “Does the MIND Diet Decrease Depression Risk? A Comparison with Mediterranean Diet in the SUN Cohort.” European Journal of Nutrition, vol. 58, no. 3, Apr. 2018, pp. 1271–1282, doi:10.1007/s00394-018-1653-x []
  4. Andrade, C, et al. “A Double-Blind, Placebo-Controlled Evaluation of the Anxiolytic Efficacy of an Ethanolic Extract of Withania somnifera.” Indian Journal of Psychiatry, Medknow Publications, July 2000, www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21407960 []
  5. Chandrasekhar, K, et al. “A Prospective, Randomized Double-Blind, Placebo-Controlled Study of Safety and Efficacy of a High-Concentration Full-Spectrum Extract of Ashwagandha Root in Reducing Stress and Anxiety in Adults.” Indian Journal of Psychological Medicine, vol. 34, no. 3, July 2012, p. 255., doi:10.4103/0253-7176.106022 []