Veuillez sélectionner votre pays

Pascale Martinez - Indépendant Lifeplus Associé


Gros plan sur les hormones du « bien-être »

Reading Time: 2 minutes

Vous devez vous demander ce que peuvent bien être les hormones du « bien-être »; Comme leur nom l’indique, ces hormones sont responsables du sentiment de bien-être et nous aident à maintenir un bon équilibre mental. Mais que sont-elles exactement et comment peuvent-elles influencer notre santé physiologique ?

Nos hormones sont principalement des messagers chimiques qui circulent dans le sang et envoient au cerveau des signaux qui affectent différents processus corporels, notamment l’humeur. Il existe quatre hormones en particulier qui apportent des sentiments de bonheur et de joie :

La dopamine est un neurotransmetteur chargé de nous procurer des sensations agréables. Elle nous aide également à atteindre nos objectifs et à trouver des choses intéressantes.

• La sérotonine est un autre neurotransmetteur qui participe à la régulation de l’humeur et nous aide également à dormir, à apprendre et à mémoriser des choses.

• L’ocytocine est parfois appelée hormone de l’amour et favorise le lien, la confiance et l’empathie.

Les endorphines sont un analgésique naturel produit en réponse au stress ou à l’inconfort. Elles augmentent également lorsque vous participez à des activités qui génèrent des récompenses, telles que manger ou faire de l’exercice.

Comment soutenir la production d’hormones du bien-être ?

Câlinez un chien ! Il a été démontré que les niveaux d’ocytocine d’une personne augmentent lorsqu’elle câline un chien 1 , comme si vous aviez besoin d’une excuse ! Il n’est pas nécessaire que ce soit votre chien, donc si vous n’avez pas de chien, câlinez celui d’un ami.

Yoga et pleine conscience. Des études ont suggéré que certaines pratiques qui réduisent naturellement le stress et l’anxiété, comme le yoga, sont également excellentes pour notre santé physiologique car elles libèrent des endorphines et favorisent la production d’ocytocine. 2

Écouter de la musique. D’autres études ont montré qu’écouter de la musique que vous trouvez agréable peut augmenter la production de sérotonine et d’ocytocine, les hormones du bien-être. Une de ces études a mesuré les niveaux d’ocytocine d’un groupe de chanteurs après une leçon de chant et a constaté qu’en plus d’une sensation de satisfaction plus importante évoquée par plusieurs d’entre eux, leurs niveaux d’ocytocine avaient tous augmenté. 3

Faire du sport. Augmenter votre fréquence cardiaque en participant à toute forme d’exercice favorisera des sensations positives, car il a été démontré que la pratique d’exercice physique libère des endorphines.4

Prendre un bain de soleil. Il ne s’agit pas de s’exposer assez longtemps pour attraper un coup de soleil, mais des études ont montré que 10 à 15 minutes d’exposition quotidienne à la lumière naturelle peuvent augmenter vos niveaux de sérotonine et d’endorphines.5

Penser aux compléments alimentaires. Le sujet nécessite des études supplémentaires, mais des compléments alimentaires ont été associés à la production de certaines hormones du bonheur. Le thé vert et les probiotiques, par exemple, favoriseraient la libération de dopamine et de sérotonine.

L’importance du sommeil. Le sommeil n’augmente pas directement les niveaux d’hormones du bien-être, mais un manque de sommeil peut diminuer l’équilibre de la dopamine, ce qui peut avoir un impact négatif sur l’humeur. Pour maintenir un bon équilibre mental tout au long de la journée, essayez d’établir une heure de coucher régulière.

Être heureux est un sentiment merveilleux et auquel nous aspirons tous. La vie peut parfois nous donner du fil à retordre, mais en nous concentrant sur ces moyens d’augmenter naturellement les hormones du bonheur, nous mettons toutes les chances de notre côté pour faire face aux défis de la vie. Au moins, c’est une bonne excuse pour câliner un chien !

  1. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4290532/ []
  2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3768223/ []
  3. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12814197/ []
  4. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/6091217/ []
  5. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2290997/ []