Veuillez sélectionner votre pays

Pascale Martinez - Indépendant Lifeplus Associé


Tout ce que vous devez savoir à propos de la ménopause

Reading Time: 6 minutes

Toutes les femmes vivront la ménopause, mais pour beaucoup d’entre elles, ce sujet sensible est parfois difficile à aborder. Nous souhaitons démystifier la cause et les symptômes de la ménopause pour vous aider et vous conseiller, que vous soyez en train de la vivre personnellement ou que vous souhaitiez être mieux préparé pour soutenir une personne proche qui la traverse actuellement.

Pourquoi la ménopause se produit-elle ?

Comme pour la puberté, la ménopause est le résultat direct d’une modification de l’équilibre des hormones sexuelles dans l’organisme. La puberté des femmes débute lorsque le corps commence à produire les hormones œstrogènes et progestérone, tandis que la ménopause marque la fin de cette production. Lors du processus naturel qu’est la ménopause, les ovaires cessent de libérer des ovules et de fabriquer ces hormones. La femme n’a alors plus ses règles et n’est plus fertile.1 Ce processus survient généralement entre 45 et 55 ans. Toutefois, près d’une femme sur 100 est concernée par la ménopause précoce, qui signifie l’entrée dans la ménopause avant l’âge de 40 ans.2 L’ablation des ovaires, la chimiothérapie ou l’hormonothérapie pour traiter un cancer du sein peuvent également provoquer la ménopause.

Si les deux principaux marqueurs de la ménopause sont l’arrêt des règles et la fin de la fertilité, plusieurs symptômes surviennent pendant les années précédant la ménopause. La périménopause est la période de transition vers la ménopause, et c’est à ce moment que vous êtes le plus susceptible de ressentir les symptômes indiquant que vous entrez dans cette phase. La périménopause peut commencer huit à 20 ans avant la ménopause, lorsqu’une femme a la quarantaine, voire même la trentaine. Avant cette période, vous êtes préménopausée, ce qui signifie tout simplement que vous n’avez aucun symptôme de la périménopause ni de la ménopause.

Les hommes ne sont pas non plus à l’abri d’une baisse des hormones sexuelles. Alors que les femmes vivent la ménopause, les hommes traversent ce que l’on appelle l’andropause. Celle-ci inclut des symptômes comme une perte de libido, qui suggère une baisse de la testostérone.3 D’autres symptômes peuvent apparaître, comme :

• des sautes d’humeur et de l’irritabilité ;
• une perte de masse musculaire et une diminution de la capacité à pratiquer une activité physique ;
• une redistribution des graisses, qui se concentrent au niveau de l’abdomen ou autour du tissu mammaire ;
• de la fatigue avec des troubles du sommeil ; et
• des problèmes de concentration ou un manque général d’énergie.

Des symptômes plus étonnants de la ménopause

Certains symptômes de la ménopause sont plus fréquents que d’autres. Nombre d’entre eux apparaissent pendant la périménopause, comme :
• des règles irrégulières ;
• des bouffées de chaleur ;
• des sueurs nocturnes ;
• de la fatigue avec des troubles du sommeil ; et
• de l’anxiété ou une baisse de moral.

Cependant, d’autres symptômes surprenants peuvent affecter votre santé physiologique et indiquer le début de la ménopause.

Rétention d’eau et ballonnements : les changements hormonaux résultant de l’entrée de l’organisme dans la ménopause peuvent provoquer un gonflement des chevilles, des mains et des pieds, car notre corps commence à stocker plus d’eau dans ses extrémités. Cette rétention d’eau s’accompagne parfois de ballonnements.

Sécheresse vaginale : elle n’est pas toujours évoquée, mais la sécheresse vaginale constitue en réalité l’un des symptômes les plus courants de la ménopause. Elle est causée par la baisse des niveaux d’œstrogènes, qui rend les tissus vaginaux plus fins et davantage sujets aux irritations.

Troubles digestifs : les maux d’estomac sont particulièrement fréquents au cours de la périménopause, ce qui augmente le niveau de stress et peut se répercuter sur la digestion. Vous avez peut-être remarqué tout au long de votre vie qu’en cas de stress ou d’anxiété, vous souffriez de maux ou de crampes d’estomac. Ces troubles surviennent également lors de la ménopause.

Baisse de la libido : il paraît logique que, lorsque notre corps cesse de produire les hormones sexuelles œstrogènes et progestérone, notre appétit sexuel diminue également. Si c’est votre cas, adoptez une alimentation saine et nutritive, et veillez à faire au moins 30 minutes d’exercice chaque jour, pour améliorer votre bien-être et éventuellement accroître votre libido.

Sautes d’humeur : à l’instar du syndrome prémenstruel, les fluctuations d’hormones liées à la ménopause peuvent vous rendre irritable, anxieuse, déprimée ou triste. Des études ont d’ailleurs montré que ces symptômes peuvent même s’aggraver pendant la ménopause, car la baisse du niveau d’œstrogènes modifie la façon dont notre corps gère la sérotonine, l’hormone du bonheur.4

Maux de tête : vous avez peut-être déjà ressenti l’effet des hormones sur votre tête, puisque de nombreuses femmes souffrent de migraines pendant leurs règles. On peut également en souffrir pendant la ménopause.

Prise de poids : il existe plusieurs raisons pour lesquelles vous pourriez prendre quelques kilos supplémentaires pendant la ménopause. Encore une fois, la variation des niveaux d’hormones peut être un facteur, tout comme d’autres symptômes associés à la ménopause. Par exemple, la fatigue peut couper l’envie de faire de l’exercice physique ou augmenter les risques de craquer pour un en-cas riche en matières grasses ou en sucre, plutôt que de prendre le temps de préparer quelque chose de plus nutritif.

Bouche brûlante : la ménopause peut réduire la capacité à produire de la salive, ce qui peut entraîner ce que l’on appelle le « syndrome de la bouche brûlante ». Il touche le palais, les lèvres et les joues et peut également laisser un goût métallique dans la bouche.

Affinement des cheveux : comme pour les autres symptômes de la ménopause, l’affinement des cheveux s’explique par les changements hormonaux. Les œstrogènes et la progestérone aident les cheveux à pousser, et la baisse de production de ces hormones augmente la croissance d’androgènes, qui provoquent le rétrécissement des follicules pileux et, par conséquent, la pousse de cheveux d’aspect plus fin. Une mauvaise alimentation et le stress peuvent également entraîner une perte de cheveux.

Fourmillements et picotements : l’un des symptômes plus étranges de la ménopause est que les variations des taux d’œstrogènes ont un impact sur le système nerveux central. Il arrive en effet que les nerfs ne fonctionnent pas correctement et provoquent des engourdissements ou des picotements dans les mains et les pieds.

Démangeaisons : la diminution des taux d’œstrogènes a des répercussions sur la production naturelle de sébum et de collagène par la peau. Lorsque cette dernière commence à faiblir, votre peau peut vous paraître moins hydratée et vous démanger davantage.

Palpitations cardiaques : toute modification de votre rythme cardiaque habituel peut être effrayante. Il vaut toujours mieux consulter un professionnel de santé, mais les palpitations cardiaques peuvent être un symptôme de la ménopause. Elles sont généralement bénignes et résultent simplement d’un faible taux d’œstrogènes qui entraîne une stimulation excessive du système nerveux central.

Ostéoporose : les changements hormonaux influencent également la densité osseuse, et l’ostéoporose est très étroitement liée à un faible taux d’œstrogènes. Si vous êtes inquiète, parlez-en à un professionnel de santé. Il est cependant toujours bon d’intégrer suffisamment de calcium à votre alimentation, car il a été démontré que le calcium est essentiel pour garder des os en bonne santé.5

Que puis-je faire pour mieux vivre la ménopause ?

Le plus important à retenir lorsque vous traversez la ménopause est que vous n’êtes pas seule et que vous pouvez trouver de l’aide. Qu’il s’agisse d’un professionnel de santé, d’un membre de votre famille, d’une amie ou même d’une personne que vous ne connaissez pas dans un groupe de soutien local ou en ligne, il est essentiel d’exprimer que vous êtes en difficulté. Les symptômes dont vous souffrez sont la plupart du temps gérables, mais ils échappent à votre volonté. Si des pensées négatives vous envahissent ou que vous souffrez de tout autre symptôme mental ou physique, rappelez-vous que ce n’est pas de votre faute.

Conserver une alimentation saine est l’une des meilleures choses à faire pour gérer de nombreux symptômes. Réduire le sel et les boissons gazeuses, mâcher plus soigneusement et manger des repas plus légers, plus lentement, constituent d’excellentes astuces pour limiter les ballonnements et la rétention d’eau. Vous pouvez gérer les bouffées de chaleur en sirotant une boisson fraîche et en diminuant votre consommation de caféine et d’alcool. Mangez suffisamment de céréales complètes, de fruits et de légumes pour parer à l’amincissement des cheveux.

Vous souffrez de sautes d’humeur ? Si vous êtes aux prises avec des émotions négatives, il existe des moyens de stimuler naturellement les taux de sérotonine dans votre corps. Il a notamment été démontré que la vitamine D et les acides gras oméga-3 contrôlaient la synthèse de sérotonine6. De courtes expositions au soleil aideront votre corps à produire de la vitamine D, et vous pouvez en consommer en suivant un régime équilibré contenant des poissons gras comme le maquereau et le saumon, des jaunes d’œufs et du fromage, ainsi que des aliments enrichis en vitamine D, tels que le jus d’orange et les céréales.

Comment vivre avec quelqu’un qui traverse la ménopause ?

La ménopause peut être une période difficile à vivre, non seulement pour la personne qui la traverse, mais également pour ceux qui vivent avec elle. Faire les frais d’une saute d’humeur ou devoir regarder quelqu’un que vous aimez lutter contre plusieurs symptômes physiques ou émotionnels représente incontestablement une épreuve. Cela peut s’avérer encore plus difficile si d’autres personnes de votre foyer sont elles-mêmes confrontées à des changements hormonaux ou à des troubles physiologiques. Dans un ménage composé de parents et d’adolescents, il est tout à fait possible que ménopause, andropause, puberté et premières règles soient amenés à cohabiter.

Ainsi, n’oubliez pas d’être bienveillants envers vous-mêmes, mais aussi les uns envers les autres. Vous ne pouvez certes pas contrôler la ménopause, mais dites-vous bien que votre partenaire et vos enfants ne sont pas plus en mesure que vous de contrôler les changements hormonaux qu’ils vivent. Surtout, rappelez-vous que vous pouvez toujours trouver de l’aide, et qu’il n’est jamais bon de tenir les membres de votre famille à l’écart.

  1. https://www.nichd.nih.gov/health/topics/menopause/conditioninfo/causes []
  2. https://www.nhs.uk/conditions/menopause/ []
  3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4046605/ []
  4. https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/1534582305277152 []
  5. https://www.health.harvard.edu/blog/how-well-does-calcium-intake-really-protect-your-bones-201509308384 []
  6. https://faseb.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1096/fj.14-268342 []