Veuillez sélectionner votre pays

Pascale Martinez - Indépendant Lifeplus Associé


Désencombrer pour soulager le stress

Reading Time: 5 minutes

Pourquoi le désencombrement permet-il de soulager le stress ?

Nous savons tous combien il est agréable d’ouvrir notre armoire et d’en voir facilement tout le contenu, ou de travailler à un bureau qui ne soit pas recouvert de papiers. À l’inverse, vous souvenez-vous de la dernière fois où vous êtes entré dans votre cuisine, après que quelqu’un a fait à manger, pour découvrir des poêles et des casseroles sales partout ?

Qu’avez-vous ressenti en voyant l’état de la cuisine ? Pour beaucoup d’entre nous, cette scène (voire même le simple fait d’y penser) peut être source de stress et d’anxiété. Même si l’on sait (ou du moins l’espère-t-on) qu’il ou elle rangera et nettoiera tout, ce désordre crée une ambiance tendue qui exigera de vous une bonne maîtrise du stress jusqu’à ce que le problème soit résolu.

Comment le minimalisme peut-il contribuer à réduire le stress ?

Ces dernières années, le minimalisme est devenu une tendance populaire. Des émissions de télévision montrent des personnes déménageant dans de plus petites maisons ou se débarrassant d’une grande partie de leurs affaires. Sur les réseaux sociaux, certains comptes sont consacrés à des astuces pour désencombrer son environnement.

Pas étonnant que le minimalisme rencontre un succès grandissant. Historiquement, nos ancêtres possédaient bien moins d’objets que nous aujourd’hui. Une maison en désordre remplie de choses matérielles contribue à notre propre désorganisation.

Cela peut être dû au fait que toutes ces « choses » contribuent à notre charge mentale. On peut certes vouer un attachement particulier à un sweat-shirt ou une œuvre d’art accrochée au mur, mais lorsqu’on s’attache à de nombreux objets différents, cette réaction est-elle saine ? Devrait-on aimer à ce point les choses matérielles au lieu d’attacher de l’importance aux autres, aux relations humaines et à notre propre bien-être ?

Des experts de l’éducation des enfants ont commencé à affirmer le besoin pour les enfants d’avoir moins d’objets et d’activités, afin qu’ils puissent focaliser leur énergie sur le jeu libre et ininterrompu.1

Ne rangez pas, désencombrez

Dans votre maison, combien d’objets utilisez-vous rarement ou même jamais ? Prenez un week-end pour passer vos affaires en revue et déterminer si vous en avez encore vraiment besoin ou si vous les voulez encore. Cela peut vous aider à épurer votre environnement et à réduire votre niveau de stress. Si toutefois vous n’arrivez pas à vous y résoudre ou que vous ne savez pas par où commencer, vous pouvez engager un professionnel du rangement qui viendra chez vous pour trier et classer toutes vos affaires, avec vous ou à votre place.

Est-ce que cela vous procure de la joie ?

Célèbre auteure d’un livre sur le rangement, Marie Kondo a ensuite animé une émission de télévision connue dans le monde entier, dans laquelle elle aidait diverses personnes à faire le tri dans leurs affaires.2 Ce qui fait le charme de cette émission, c’est qu’il s’agit de personnes ordinaires, qui n’accumulent pas des objets en raison d’un trouble psychologique. Nous sommes nombreux à pouvoir nous identifier à plusieurs des personnes apparaissant dans cette émission.

Garde-robes capsule

Cela fait plusieurs années que les garde-robes capsule sont tendance dans l’univers de la mode écologique et éthique. Le principe de base consiste à constituer une petite garde-robe entièrement composée de vêtements classiques de grande qualité, qui peuvent tous être associés les uns aux autres. La plateforme Pinterest, des blogs et certains comptes Instagram dédiés vous donneront de bons exemples pour commencer. Certaines garde-robes ne contiennent que dix pièces pour toute l’année !

Si le fait de réduire le nombre de vêtements à une petite dizaine vous paraît trop radical, ou si vous n’aimez pas l’idée de porter seulement deux ou trois couleurs, procédez différemment. En vous inspirant de la méthode de Marie Kondo, basée sur le sentiment de joie qu’un objet procure, essayez chaque vêtement de votre dressing et regardez-vous dans le miroir pour constater son effet. Une jupe ou une veste habillée peut nous plaire accrochée sur un portant. Mais est-ce qu’elle nous plaît toujours autant sur nous ? Si ce vêtement ne vous procure aucune joie, mettez-le sur la pile à donner à une organisation caritative.

Sortez moins

Désencombrer sa vie sociale peut être une tâche difficile, alors que nous sommes nombreux à rencontrer le problème inverse, celui de la solitude. Mais le fait de faire l’inventaire de nos engagements sociaux et de nos amitiés peut nous aider à alléger notre agenda pour faire de la place à des activités plus enrichissantes (comme rester à la maison et lire à la lueur d’une bougie). Cela nous aide également à nous concentrer sur les relations qui soulagent vraiment notre niveau de stress et qui nourrissent notre âme. L’idée est de sortir seulement une à deux fois en semaine. Si vous vous fixez une limite, vous choisirez plus attentivement les endroits et les personnes que vous fréquentez.

Une seule activité extrascolaire par enfant

Tous les enfants, et en particulier ceux en bas âge, ont besoin de jouer librement et de manière ininterrompue.3 Cela leur donne l’espace nécessaire pour créer et imaginer des histoires avec leurs jouets (ou les objets du quotidien, la nature ou les boîtes dans lesquelles les jouets sont vendus !) sans l’intervention ni les directives d’un adulte. Lorsqu’un adulte donne un objet (jouet, outil, etc.) à un enfant et lui dit ou lui montre comment l’utiliser, l’enfant est limité par ces règles, alors que de lui-même, il peut trouver différentes manières d’utiliser cet objet ou de jouer avec.

Loin des yeux, loin du cœur

Il peut être difficile de décider si l’on doit conserver quelque chose qu’on utilise peut-être seulement une ou deux fois par an. Prenez l’exemple du service à fondue que vous avez reçu pour votre mariage ou de la sorbetière que vous avez achetée il y a plusieurs étés de cela, bien décidé à faire des desserts avec. En avez-vous vraiment besoin ?

Créez un système communautaire de partage des ressources

Si vous avez de bonnes relations avec certains de vos voisins ou avec un groupe d’amis soudés, abordez le concept de propriété collective pour certains objets. Échangez l’utilisation de ce service à fondue ou de cette sorbetière au sein du groupe de partage contre autre chose. Les autres membres de ce groupe pourraient bien avoir un objet que vous aimeriez utiliser occasionnellement, mais pas assez souvent pour en justifier l’achat. Vous aurez peut-être besoin de la grande échelle de quelqu’un pour le nettoyage annuel de vos gouttières. Ou vous pouvez avoir l’utilité de la nappe en dentelle de quelqu’un pour ce dîner spécial que vous organisez une fois par an.

Essayez de voir le minimalisme non pas comme le fait de supprimer des choses, mais plutôt comme le fait de vous en débarrasser pour vous sentir mieux à long terme. On peut le comparer au jeûne intermittent du matérialisme. Les personnes pratiquant le jeûne intermittent affirment que le corps humain évolue et se porte bien durant les périodes de faim prolongée suivies d’une satiété. La nourriture n’a pas toujours été aussi abondante, en particulier pour ce qui est du sucre et des sucreries. De la même manière, nos ancêtres vivaient avec moins de choses pour focaliser leur énergie (et leurs ressources) sur des besoins plus importants.

Et posséder moins d’objets pourrait bien être la clé pour maîtriser son stress. 

  1. https://www.mother.ly/news/its-science-toddlers-are-happier-with-fewer-toys []
  2. https://konmari.com/how-to-eliminate-clutter/ []
  3. https://eric.ed.gov/?id=EJ738494 []