Veuillez sélectionner votre pays

Pascale Martinez - Indépendant Lifeplus Associé


La pensée positive peut-elle vraiment rendre heureux ?

Reading Time: 4 minutes

Parfois, la vie nous met face à des imprévus. Un gros coup dur nous tombe dessus brutalement.  Ce n’est pas forcément quelque chose de grave, juste un événement que nous n’avions pas prévu et sur lequel nous n’avons aucun contrôle. Que faire dans ce cas-là ?

Vous vous demandez peut-être où nous voulons en venir. Ce que nous voudrions vous faire comprendre, c’est que même si vous n’aviez aucun contrôle sur ce coup dur, vous avez maintenant le choix sur la manière dont vous allez réagir. Vous pouvez reprendre le contrôle.

Une des options consiste à fuir, à faire l’autruche et tout ce qui est possible pour éviter d’y faire face. Une autre option pourrait être d’essayer d’ignorer le problème en espérant qu’il disparaisse de lui-même et que tout finisse par rentrer dans l’ordre. Vous pourriez aussi vous focaliser dessus et le laisser vous ronger. Mais vous pouvez également positiver, inverser vos pensées négatives et décomposer le problème en plusieurs parties gérables. Cela permet de ne pas se sentir submergé et d’être probablement dans une bien meilleure posture pour faire face. Comme le dit toujours notre fondateur Bob Lemon : « Focalisez-vous sur ce que vous voulez et non sur ce que vous ne voulez pas. »  

Mais comment faire ? Heureusement, il existe des outils pour vous y aider et nous en avons déjà évoqués beaucoup dans notre Lifeplus formula. Voici ceux que nous aimerions vous présenter ou vous rappeler en particulier :

  • pleine conscience et méditation
  • phrases positives
  • écothérapie
  • thérapie florale
  • exercice physique et sommeil

Commençons par la pensée positive. D’où vient-elle ?

Cette question peut paraître idiote car nous savons qu’elle vient de l’intérieur. Elle vient également de notre façon de penser et de nous comporter. Comme l’affirmait William James, le frère du romancier Henry James, dans The Principles of Psychology en 1890, les relations entre émotions et comportement fonctionnent à double sens.

Nous savons tous que lorsque nous sommes tristes, nous avons tendance à afficher une mine triste, et qu’au contraire, lorsque nous sommes heureux, notre comportement reflète cette émotion. Mais William James a avancé l’hypothèse selon laquelle si nous inversions cette tendance et si nous nous comportions comme si nous étions heureux, nous nous sentirions effectivement heureux1 . Cela vaut également pour la pensée positive. Selon l’écrivain, le principe de la pensée positive peut s’appliquer au comportement. Ainsi, nous devrions pouvoir inverser nos pensées négatives en agissant de manière positive. Les phrases positives sont un bon point de départ. En les déclarant à voix haute, nous avons plus de chances d’afficher un comportement positif qui, à son tour, entraînera un état d’esprit positif. Songez à tout ce pour quoi vous êtes reconnaissant. Tous les soirs, vous pouvez faire une liste des choses positives qui vous sont arrivées durant la journée. N’oubliez pas de vous concentrer sur ce que vous voulez et non sur ce que vous ne voulez pas.

Le positivisme émane également des personnes qui nous entourent. Essayez de vous entourer de personnes positives, vous verrez rapidement que cela déteindra sur vous. L’inverse se vérifie également : les émotions peuvent être très communicatives.

Mais parfois, dans certaines situations, positiver peut s’avérer difficile. Le problème peut sembler trop conséquent pour y faire face et c’est probablement le cas ! Ou du moins de la manière dont vous l’abordez. Alors décomposez-le. Quels sont les éléments positifs que vous pouvez trouver ?

Vous verrez que le fait de vous focaliser sur le moment présent peut aider. Pleine conscience, méditation, écothérapie et thérapie florale sont d’excellents outils pour commencer.  

Faire de l’exercice pour positiver

Quand nous faisons du sport, notre corps produit des endorphines, l’hormone du bonheur, et il est bien plus facile de positiver quand nous sommes heureux. Si possible, commencez votre journée par une marche rapide. S’il fait beau, pourquoi ne pas en profiter pour faire une séance d’écothérapie ? Vivez l’instant présent et soyez attentif à ce qui vous entoure, à ce que vous voyez, aux odeurs et aux sons. Ou faites une petite séance de thérapie florale si vous avez la chance de vivre à la campagne ou d’avoir accès à un parc.  Le jardinage permet de faire de l’exercice tout en faisant corps avec la nature. Faites du yoga pour recentrer vos pensées, ou une séance de sport pour relativiser.  Les bénéfices de l’activité physique pour la santé mentale sont indéniables.

Sommeil et santé mentale

« Ça ira mieux après une bonne nuit de sommeil ! » Nous avons tous entendu ce conseil à de nombreuses reprises, et c’est vrai. Le sommeil est important.  Lorsque vous dormez, cela donne à votre corps le temps de se développer, de guérir et de se régénérer. Mais cela permet également à votre cerveau de se préparer pour la journée suivante en traitant, regroupant et archivant les informations.

Il est plus difficile de passer une bonne nuit de sommeil lorsque nous sommes anxieux ou inquiets à propos de quelque chose. Et cela peut très vite devenir un cercle vicieux. Un sentiment d’inquiétude ou de stress peut entraîner un manque de sommeil, qui entraîne une sensation de fatigue affectant notre capacité à gérer notre quotidien. Cela peut générer une mauvaise estime de soi, source à son tour d’inquiétude ou de stress. Et ainsi de suite2 .  Le Royal College of Psychiatrists3 propose d’excellentes astuces pour mieux dormir, comme par exemple faire du sport, faire des séances de relaxation et mettre par écrit ce qui vous perturbe avant d’aller au lit : votre esprit sait ainsi qu’il peut se déconnecter et gérer cela le lendemain matin (ce sera plus facile car vous aurez une bonne nuit de sommeil derrière vous !).

Comment bien démarrer une nouvelle journée

Cela peut paraître évident, mais il y a beaucoup plus de chances que vous commenciez la journée sur une note positive en vous réveillant avec une chanson entraînante plutôt qu’en écoutant les informations, par exemple. Et selon le musicothérapeute David M. Greenberg4 , la musique que vous choisissez pour vous réveiller devrait répondre à trois critères :

  • elle doit monter progressivement en intensité, pour vous encourager doucement à sortir du lit et vous donner de l’énergie ;
  • elle doit être positive
  • elle doit être rythmée (environ 100 à 130 pulsations par minute).

Selon vos goûts musicaux, l’article indiqué propose divers exemples tels que Viva La Vida de Coldplay, Lovely Day de Bill Withers ou Walking on Sunshine de Katrina & The Waves. En vérité, il y a de grandes chances que vous connaissiez déjà la chanson qui vous rend heureux : écoutez-la au réveil et vous remarquerez la différence !

Nous espérons que vous avez désormais compris comment vous pouviez favoriser des pensées positives en reprenant le contrôle. Cela vous permettra d’être dans une bien meilleure position pour suivre le conseil de Bob Lemon et vous « focaliser sur ce que vous voulez et non sur ce que vous ne voulez pas ».

  1. https://www.theguardian.com/science/2012/jun/30/self-help-positive-thinking []
  2. https://www.mind.org.uk/information-support/types-of-mental-health-problems/sleep-problems/sleep-problems/ []
  3. https://www.rcpsych.ac.uk/mental-health/problems-disorders/sleeping-well []
  4. https://www.insider.com/songs-to-help-you-wake-up-2017-4 []