Veuillez sélectionner votre pays

Pascale Martinez - Indépendant Lifeplus Associé


L’année de James Ellington à la loupe

Reading Time: 5 minutes

La communauté est un élément constitutif de Lifeplus. C’est pourquoi nous avons à cœur de proposer des initiatives qui aident les autres à réussir, à tous les niveaux. Nous sommes ravis que notre partenariat continu avec l’athlète olympique James Ellington ait pu contribuer à sa reprise de la compétition, grâce à nos produits de qualité et à notre communauté dynamique.

Le parcours de James Ellington est une source d’inspiration pour nous tous. Nous nous sommes récemment entretenus avec lui pour savoir comment s’était passée sa première année de reprise de la compétition après son accident en 2017. Lisez l’interview complète ci-dessous pour découvrir ses temps forts de l’année 2021 ainsi que les prochaines étapes de son parcours.

Entretien avec James Ellington

Quels sont les trois mots qui décrivent le mieux votre état d’esprit en ce début d’année 2022 ?

Enthousiaste, toujours plus ambitieux et déterminé.

Quel est votre bilan de l’année 2021 ?

D’un point de vue extérieur, elle s’est mieux passée que prévu puisque j’ai réussi à me classer 20e au Royaume-Uni. De mon point de vue, c’est une saison décevante. J’en attendais davantage. Mais en même temps, je sais que mon corps a dû se réadapter à cette première reprise de la compétition. Il a besoin de temps et je ne dois pas être trop dur avec moi-même. Cela signifie simplement que je suis plus prêt que jamais pour cette année.

Quels sont vos temps forts de l’année 2021 ?

Le moment le plus marquant a été ma première course de l’année dernière, que j’ai remportée avec un temps de 10,39 secondes. C’était un excellent début de saison !

Comment vous êtes-vous senti lors de cette première année de reprise de la compétition ?

J’étais heureux d’être de retour. J’avais l’impression d’être revenu chez moi, à ma juste place. Je pensais ressentir beaucoup plus de choses, mais je crois que c’est parce que je sais que le meilleur reste à venir.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans la compétition ?

La compétition vous pousse à atteindre votre plein potentiel et c’est différent pour toutes les courses auxquelles je participe. S’il y a des athlètes prestigieux qui participent à ma course, l’adrénaline et la compétition sont encore plus intenses.

Que faites-vous pour déstresser avant une compétition ?

Pour être honnête, je n’aime pas déstresser. Je cours mieux lorsque je suis nerveux. Si je suis trop calme ou détendu sur la ligne de départ, c’est là que ça m’inquiète.

En tant qu’athlète, comment avez-vous vécu la compétition pendant la pandémie ?

J’avais déjà arrêté la compétition depuis deux ou trois ans. Je n’ai pas pu participer aux courses jusqu’à l’année dernière, donc j’ai sûrement été moins touché que d’autres athlètes qui participaient aux compétitions au plus fort de la pandémie. Mon plus gros défi a été de trouver le temps de voyager en respectant les restrictions et les périodes de quarantaine pour pouvoir participer aux courses à temps. Comme je n’ai pas de financement, je n’ai pas accès au statut « d’athlète d’élite » qui permet de voyager librement pour les courses. C’était un désavantage pour moi, car j’ai perdu un temps d’entraînement essentiel comparé à d’autres athlètes.

Comment compareriez-vous votre entraînement à Dubaï par rapport à celui au Royaume-Uni ?

Le principal avantage est la météo, mais l’inconvénient est que je n’avais pas de groupe d’entraînement à Dubaï. De temps en temps, mes amis s’entraînaient avec moi, mais ce n’est pas pareil. Avoir un groupe d’entraînement est plus important pour moi qu’une bonne météo.

Quels sont vos objectifs pour cette année ?

Mon objectif cette année est de redevenir le sprinter numéro 1 au Royaume-Uni. C’est un objectif réalisable pour moi. Je veux également faire partie de toutes les équipes pour les grandes compétitions à venir : les jeux du Commonwealth, les championnats d’Europe et du monde.

Est-ce que vous vous fixez ces objectifs tout seul ou avec votre entraîneur, vos amis ou votre famille ?

Généralement, je me les fixe moi-même. Je ne prends pas vraiment le temps de les écrire, même s’il est bien de pouvoir les visualiser. Ils sont déjà présents dans ma tête et je les dis probablement à voix haute. Ma famille s’y est habituée.

Qu’est-ce qui vous motive à vous fixer ces objectifs ?

Je pense que c’est lié à ma nature de compétiteur. Auparavant, certaines personnes m’ont rabaissé, mais cela m’a poussé à me dépasser encore plus. C’est ce qui m’a permis de si bien réussir en 2016. Je croyais en moi quand on m’a refusé les financements en 2015. J’ai dit que je reviendrais l’année suivante. Si vous avez un objectif, vous savez quoi faire. La pression que je me mets est toujours réaliste, il s’agit davantage de croire en moi-même.

Quelles sont les prochaines étapes de votre parcours ?

Je participe à ma première course le 13 février, puis j’ai une longue période d’entraînement juste avant le début du printemps et de la pré-saison. Fin mars/début avril, je pars pour Tenerife pour participer à un camp d’entraînement de quatre semaines. C’est fou, ce sera la première fois que je retourne là-bas depuis mon accident. Après Tenerife, c’est le début de la saison !

Quels sont vos produits Lifeplus préférés ? Vos préférences ont-elles changé depuis que vous les utilisez ?

Il y a tellement de produits, j’en ai essayé beaucoup. J’adore les poudres Solis (en particulier Raw Cacao et Green Medley). J’ai arrêté de prendre les produits Solis pendant deux semaines et j’ai senti la différence. Lorsque je les utilise, j’en ressens instantanément les bienfaits sur mon mental et mon physique tout au long de la journée. J’aime aussi les barres et je prends des shakes protéinés tous les jours pour mes entraînements.

Pour les vitamines, je commande les huiles de poisson régulièrement, Vitamin D&K et du fer. Ce sont mes essentiels au quotidien.

Quelles sont vos attentes pour cette nouvelle collaboration avec Lifeplus cette année ?

J’apprécie leur soutien sans faille et la relation sincère qui s’est créée avec ce parrainage. J’espère vraiment pouvoir participer à des événements Lifeplus (je croise les doigts) et rencontrer enfin en personne la communauté !

Les produits me permettent également de continuer à progresser et sont excellents pour mon corps. Les entraînements quotidiens sont vraiment éprouvants pour le corps. Il n’y a pas de remède miracle, il faut prendre régulièrement ses compléments et continuer à avancer.

À quoi ressemblent vos journées ces derniers temps ?

Je suis soit sur la piste de course, soit à la salle de sport, soit sur mon canapé pour récupérer. Je m’entraîne tellement dur en ce moment que je ne peux pas faire grand-chose d’autre. Je m’entraîne le lundi, le mercredi, le jeudi et le samedi, et je récupère les autres jours.

Allez-vous commencer une nouvelle activité cette année ?

Quand j’aurai plus de temps, je veux me mettre au golf. J’adore être dehors, dans la nature, et le golf a l’air d’être un sport apaisant. Le problème est que si je commence, je vais vouloir me donner à fond et mon côté compétiteur va ressortir.

En quoi le fait d’être un athlète vous pousse-t-il à être meilleur ?

Cela me rend plus discipliné, intègre et impliqué. Ces qualités sont transposables à tout ce que je fais dans ma vie. Je ne pourrais pas me regarder dans le miroir si je savais que je ne fais pas quelque chose de totalement authentique.

Suivez les prochaines étapes du parcours de James Ellington

L’année 2022 pourrait être très importante pour James Ellington. Nous sommes ravis de le suivre, de le soutenir et de nous inspirer de chaque étape de son parcours. Pour tout savoir sur l’approche de James Ellington concernant la nutrition, la force mentale et la résilience, lisez ses articles ici. N’oubliez pas de nous suivre sur les réseaux sociaux pour connaître la progression de James Ellington et découvrir nos futurs projets dans le cadre de ce partenariat avec Lifeplus. Les opportunités sont infinies, tout comme l’ambition de James Ellington !